ANALYSE DES USAGES ETHNOBOTANIQUES DES ESSENCES RARES DES CONCESSIONS FORESTIERES DU SUD-OUEST DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Bruce DEGUENE

Résumé


En République Centrafricaine, dans le cadre des inventaires d’aménagement forestiers, certaines espèces forestières sont classées comme étant rares et soustraites à l’exploitation industrielle afin d’éviter leur extinction. Cependant, ces menaces persistent du fait des autres types usages. Dans l’optique de contribuer à prévenir ces menaces, un diagnostic ethnobotanique a été réalisé au sein du Permis d’Exploitation et d’Aménagement n°171 de l’entreprise forestière SCAD. Les enquêtes ont été réalisées dans 15 villages de cette concession forestière, auprès de différentes ethnies, tranches d’âge, et catégories professionnelles. Les données collectées ont été par la suite soumises à une Analyse Factorielle de Correspondance (AFC) sous XLSTAT 2008. Il ressort des résultats que l’espèce Mansonia altissima bien que déclarée connue par les enquêtés est absente du terroir. L’espèce Swartzia fistuloides ne semble pas subir de pression, peut-être par méconnaissance de ses vertus. Une plus grande utilisation par les adultes et les jeunes de Khaya anthotheca en lien avec ses vertus aphrodisiaques a été constatée. Ceci est semblable pour l’espèce Antrocaryon klaineanum avec une fréquence d’utilisation élevée. On constate aussi une grande utilisation des fruits des deux dernières espèces avec 29,30%  suivi de l’écorce avec 20% et les jeunes tiges (18,80%). L’AFC a montré une similitude des usages en fonction des  espèces et des ethnies. Des études sur la dynamique des peuplements et la régénération naturelle des espèces concernées dans les terroirs villageois de ces concessions forestières sont cependant nécessaires pour définir des mesures de gestion durable notamment pour le Khaya anthotheca et l’Antrocaryon klaineanum.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.