FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LES PATIENTS VIVANT AVEC LE VIH

Fatou Aw

Résumé


Introduction : Le traitement antirétroviral a augmenté considérablement la survie des patients vivants  avec le VIH (PVVIH). Mais dans le même temps sont apparues des complications cardio-métaboliques imputables au VIH lui-même et à ce traitement.

Buts de l’étude : évaluer et comparer la prévalence des facteurs de risque cardio-vasculaire chez les PVVIH traités ou non par rapport à un groupe contrôle non VIH; déterminer l’association entre le traitement antirétroviral et la survenue des facteurs de risque cardio-vasculaire (FDR). Patients et méthodes: Il s’agissait d’une étude  transversale,  descriptive  (1er janvier au 31 octobre 2011).  Nous avons évalué la prévalence des FDR et le score de Framingham chez 186 patients dont 95 PVVIH positifs traités, 35 PVVIH positifs non traités et 53 témoins. Résultats : L’âge moyen de la population était de  44 ans  chez les PVVIH traités ; 38 ans chez les PVVIH non traités et 42 ans chez les témoins. Le sex ratio femme/homme était respectivement de  2,95 ; 7,6 et 2,31 dans les groupes VIH traité, non traité et non VIH. Le sérotype prédominant était le VIH-1 (91,5%). Le taux de CD4 médian était de 413/mm3 (extrêmes : 50 et 1743) ; La durée moyenne du traitement était de  45 mois (extrêmes de 2 et 96) et 14,8% étaient sous inhibiteur de la protéase. La prévalence du tabagisme, de l’hypertension artérielle systolique et de la dyslipidémie était significativement plus fréquente dan le groupe VIH versus groupe témoin. Le risque cardio-vasculaire modéré prédominait chez les  patients VIH traités (12%) versus les VIH non traités (6,3%) et les témoins (7,5%). Par ailleurs dans le groupe VIH traité la moyenne du score de Framingham était significativement liée au sexe masculin, au profil VIH-2, au stade C du CDC, à un taux de CD4 bas, à l’indice de pression systolique bas et à la durée du traitement antirétroviral. Conclusion : La prévalence accrue des FDRCV dans la population VIH traitée par rapport à la population générale est une réalité, ces facteurs exposent ces patients aux complications cardio-vasculaires d’où la nécessité de leur dépistage et de leur prise en charge rigoureuse.

Mots clés : Facteurs de risque cardio-vasculaire, Infection à VIH, Dakar


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Rev. CAMES SANTE  - ISSN 2424-7243