Dynamique de la population canine et risque de transmission du virus de la rage dans les districts sanitaires de Laoukassy, Bénoye, Moundou et N’Djaména Sud au Tchad.

Rolande Mindekem

Résumé


Introduction La rage, maladie infectieuse mortelle, est causée principalement par morsure de chien infecté. Connaître la dynamique de la population canine et les pratiques qu’ont les propriétaires des chiens envers leurs animaux est nécessaire pour la planification des activités de lutte. C’est l’objet de notre étude.

Méthodes : il s’agit d’une étude transversale descriptive réalisée à l’aide d’un questionnaire dans quatre districts sanitaires au Tchad en 2015. Les ménages étaient choisis aléatoirement. Résultats : Une proportion de 45,55% des ménages enquêtés possédaient au moins un chien avec un nombre moyen de 1,66±1,05 chien par ménage. L’âge moyen des chiens était de 1,91±1,92 an. Le ratio chien/homme était de 1 : 10,34. La plupart des chiens étaient élevés pour la garde (93,22%). Plus de la moitié étaient achetés (62,73%). Leur suivi sanitaire caractérisé par le faible taux de vaccination antirabique (5,22%) et de déparasitage (17,90%) était justifié par diverses raisons. Peu de chiens vivaient en confinement (17,67%) et étaient nourris par leur propriétaire (38,14%). Au cours des 12 derniers, 45,57% des femelles avaient eu une portée dont la taille était de 5,31±1,98 chiots. L’espérance de vie à la naissance était de 1,91 an. La population canine a une croissance annuelle de 17,51%.

Conclusion : La population canine est très dynamique, son suivi sanitaire faible et son mode de gestion dérisoire malgré la cohabitation commune homme/chien. Ce sont des facteurs potentiels à la circulation du virus rabique et interpellent les pouvoirs publics à accorder plus d’attention à la question de la rage.

Mots clés : Population, chiens, hommes, rage, Tchad.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Rev. CAMES SANTE  - ISSN 2424-7243