ECOLOGIE BACTERIENNE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU MATERIEL LORS DES DIEFFERENTES ETAPES DE STERILISATION AU BLOC OPERATOIRE DU CHU SYLVANUS OLYMPIO A LOME AU TOGO

Sika DOSSIM, Mounerou SALOU, Assoupui Victoire GOZO, Komlanvi TEKO-AGBEBLE, Didier Koumavi EKOUEVI, Amivi Mawussi GODONOU, Ekoue David DOSSEH, Gamedzi Komlantsè AKAKPO-NUMADO, Hubert TEKOU, Mireille PRINCE DAVID, Anoumou Yaotsè DAGNRA

Résumé


Introduction : L’environnement hospitalier ainsi que le matériel réutilisable du bloc peuvent être source d’infections liées aux soins. Si dans les pays du nord, l’hygiène hospitalière est régulièrement contrôlée, en Afrique, peu de moyens sont mis dans ce domaine. Les objectifs de ce travail étaient d’identifier les bactéries retrouvées dans l’environnement  du bloc opératoire et d’identifier dans nos conditions de travail, les germes retrouvés sur le matériel après stérilisation, au cours de leur utilisation et lors de leur désinfection.

Matériel et Méthodes : Il s’est agi d’une étude descriptive analytique réalisée d’octobre 2014 à janvier 2015 au bloc central du centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio de Lomé. Les prélèvements sur l’environnement hospitalier (tables, scialytiques, air ambiant), sur les mains des chirurgiens ainsi que sur les dispositifs médicaux au cours de la désinfection, pendant leur utilisation et après leur stérilisation ont été effectués par écouvillonnage. Le traitement des échantillons a été réalisé au laboratoire de bactériologie du même centre.

Résultats : 45 prélèvements ont été réalisés sur 15 boites  d’instruments chirurgicaux sur un total de 25   boites. Le nombre de prélèvement positif (23/45) confère un taux de contamination du bloc central de 51,11%. PDes prélèvements positifs ont été obtenus pendant la désinfection 9/23 soit (39,14%) ; pendant l’intervention (8/23) soit 34,78% et (6/23)  soit 26,08% après la stérilisation: Les bactéries gram positifs (+) ont été dominant soit 66,67% des prélèvements positifs, suivies des gram négatifs (-) 33,33%. Des espèces bactériennes isolées, les staphylocoques à coagulase négative (SCN) ont représenté 66,67%, suivies des Pseudomonas 16,65%, des Enterobacter 08,34% et enfin des Klebsiella avec 08,3%. Aucune levure n’a été isolée.

Sur les 65 prélèvements environnementaux réalisés, 24 se sont révélés porteurs de bactéries soit 36,9%. Trente (30) germes ont été retrouvés, répartis en  83% bactéries Gram positif (n=25) et 17% (n= 5) bactéries Gram négatif.  Les bactéries Gram négatifs sont représentées par Escherichia coli, Pseudomonas et Acinetobacter. Les  bactéries Gram positifs sont exclusivement représentées par les espèces de Staphylocoques (S. aureus, SCN).

Les staphylocoques sont résistants à l’amoxicilline et à la pénicilline ; 18,75% de methicillino résistance a été observé pour les SCN isolés des dispositifs medicaux. Les Pseudomonas et Acinetobacter restent sensibles à l’imipénème. La plupart des entérobactéries sont sensibles à la Ciprofloxacine.

Conclusion : Staphylococcus coagulase négative, Staphylococcus aureus, Pseudomonas, Acinetobacter, Enterobacter, Escherichia coli et Klebsiella sont les bactéries retrouvées sur le matériel chirurgical ainsi que l’environnement opératoire du CHU Sylvanus Olympio de Lomé. La présence de quelques résistances aux antibiotiques fait craindre une épidémie potentielle en cas d’inoculation à un patient.

Mots clés : matériel chirurgical, bactéries, bloc opératoire, Lomé.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Rev. CAMES SANTE  - ISSN 2424-7243